Bilan après environ 30 ans

Tiens, ça fait bientôt 30 ans que je cours. Pas tout à fait, enfin, un peu plus. Je soupçonne que j'ai du commencer à courir vers l'âge de deux ans, comme tous les gosses qui n'ont "pas de problème particulier". Mais m'entraîner dans le but d'aller le plus vite possible, je crois que, au plus loin, cela remonte à l'école primaire.

Depuis 10 ans, je suis "au taquet" sur ce qui est de noter mes entraînements. Je note tout. Je vous recommande de faire pareil, si vous courez régulièrement et que la notion de performance - elles sont toujours relatives - vous intéresse. Pour ce qui s'est passé avant, j'ai reconstitué les données à partir de mes vagues souvenirs, impressions, etc.

Suivi 1985 - 2013
Bilan quantitatif sur 29 ans. Avant 2003, c'est fait un peu au jugé, à partir de 2004, les chiffres sont vraiment précis. Je convertis toutes les distances dans ce que j'appelle un équivalent course à pied. 5 km de vélo valent 1 km de course à pied et 1 km de course à pied vaut 4 km de natation. Cela vaut ce que cela vaut mais c'est mieux que rien, et la comparaison est plus facile. Le temps passé (la ligne, sur le graphique) est compté en heures, multiplié par 10 (pour que ce soit lisible). Donc 10000 correspond à 1000 heures.

Qu'apprend-on en lisant ce graphique?

  • celui qui vous dit "je cours, mais pas beaucoup, juste 10 km par jour" -> 10 km / jour c'est, en moyenne, tout simplement énorme, j'ai du attendre 2008 pour y monter, j'ai fait 4 ironmans (2 en 1998 , 1 en 2004 et 1 en 2006 ) sans jamais ne serait-ce qu'approcher ce chiffre. À méditer...
  • quand on vous dit "c'est pas la quantité qui compte, c'est la qualité". OK OK. M'enfin moi je regarde les chiffres. En 2008 j'ai appuyé comme un sourd sur le champignon, presque 4000 bornes à pied dans l'année. Résultat, un bon Spartathlon où je termine 1er français, certes une année où les meilleurs tricolores n'étaient pas là, mais tout de même, j'ai plutôt bien couru. Idem, en 2010 je mets le turbo et rajoute une bonne dose de vélo sans diminuer la course à pied. Résultat, paf, victoire au déca. Bon, après, j'aurais peut-être pu faire pareil avec moins de km. Peut-être. Mais c'est pas sûr. Les chiffres sont têtus.
  • la course à pied, c'est la base. Enfin, c'est *ma* base. Le reste, c'est du beurre dans les épinards, un supplément appréciable, mais un gros fond en course, et derrière, tout coule tout seul. Mon kilométrage vélo est ridicule (10000km les très grosses années, en comptant les compétitions) au regard des distances parcourus par d'autres cyclistes aux perfs similaires.
  • la règle des "pas plus de 15% de plus chaque année" c'est de la foutaise. Regardez-bien le graphique, cherchez les marches à plus de 15%, il y en a, pas besoin de chercher longtemps. Et ça passe, croyez-moi. Il faut rester prudent, être à l'écoute, guetter et anticiper les blessures, mais ça passe, bon sang de bois, sinon, comment voulez-vous atteindre les 4000 bornes par an avant d'être tout vieux tout foutu?
  • se lancer des objectifs pour se motiver, ça marche. Le pic en 1998 -> Embrun , la marche en 2004 -> Diagonale des Fous , la marche en 2008 -> Spartathlon , et en 2010 -> le déca.

Et maintenant, what's next? Bah, j'ai l'intention de durer. Durer, qu'est-ce que cela veut dire? Par exemple, j'aimerais être encore en train de trotter sur les chemins et pédaler sur les routes dans... 30 ans? Ouais, dans 30 ans, ce serait pas mal. À suivre!

PS: pour replacer ces données dans leur contexte, en 2013, j'ai 38 ans.

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le lundi 22 juillet 2019.
Copyright © 2014 Christian Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le mercredi 12 février 2014.