Ronde des Nutons 100 miles (3/4 juin 2006)

Samedi matin 11h, nous arrivons avec Christian au terrain de foot de Soy, après avoir erré vers un terrain de camping voisin qui nous avait réorienté ensuite vers un camp de nudistes....! Les concurrents arrivent petit à petit: d'abord Ysolo et Xav, puis Val, Morgan et Isa qui transforment le parking en une sorte de brocante de l'Ultra.

park
Le débarquement

Et tous les autres, Phil, Le Sanglier, ..... Je fais également la connaissance de Kirikou et tm. A la remise des dossards nous découvrons un dossard personnalisé à notre pseudo et un Road-book premier choix.

dossard
Un beau dossard

Une bonne assiette (et demie) de pâtes, une petite bière, un café et on achève les préparatifs. Côté préparation je pense être OK, Raid28 + 6H de Chambéry + TVC + Tiranges + divers (Marathon de Sénart et 2 triathlons) mais je choisis de ne pas faire le malin et je prends les bâtons.

depart

16h45, on se dirige vers la zone de départ et je cherche Kirikou pour échanger quelques mots avant le départ. Il est tout à l'avant du groupe avec son petit garçon qui va courir quelques kilomètres avec lui. Isa est d'ailleurs tout près et nous partons ensemble.

Début de parcours facile, en descente et on avale tranquillement 9km dans la première heure. Je prends quelques photos des coureurs, et aussi des autruches qui batifolent avec des ânes dans un pré (après le bouc de Tiranges, on aura tout vu !). Vers le 20ième km nous sommes rattrappés par le groupe Val + Ufoot + Ysolo + Loup + tm dont la cadence n'est pas la même. Je me cale sur un petit 120 au cardio dans les côtes et 110 max sur le plat, pour 100 miles pas la peine de charger plus.

lePiou
Isabelle

La nuit commence à tomber, nous sommes maintenant en compagnie d'un groupe d'une quinzaine de coureurs, dont les Kékés du Bocage que j'avais vus aux 100Km de Royan l'an dernier. Evidemment nous faisons l'erreur stupide et bien connue que l'on ne doit jamais faire, suivre un groupe sans rien regarder et au km44 nous dépassons allègrement la bifurcation dans une longue descente, ce qui nous vaut de remonter en arrière et d'en entendre pester quelques-uns. A partir de là, je prends le Road-book et je ne le lâche plus. Le groupe se défait et je me retrouve assez vite seul avec Isa. Deuxième ravito, nous avons de la marge sur les barrières horaires mais on ne s'attarde pas.

Nous continuons à bonne allure tout en discutant et, malgré le Road-book, je rate une bifurcation à droite. Finalement nous restons sur un chemin parallèle et nous retrouvons le parcours 2km plus loin à Wellin. Vers le km58 (à l'approche de la côte du bois des Marlières), Isa a une douleur au genou gauche qui l'oblige à ralentir. Pas de blague, c'est une course avec assistance minimum, je reste avec elle. Et puis je n'ai pas envie de finir les « 100 derniers km » seul, d'autant plus que je pense que nous sommes en train de flirter avec les dernières places. J'appréhende ensuite la descente vers Martouzin (lacets sur la carte) pour le genou d'Isa, mais finalement elle s 'avère être un bon chemin. Nous sommes encore rejoints par plusieurs petits groupes de concurrents. Isa veut abandonner et là et attendre le long de la route, mais je ne me sens pas le coeur de la laisser là à 3h du matin et pour sûrement plusieurs heures. Je continuerai à son allure jusqu'au ravito N°3.

Martouzin, on discute, on discute et je me trompe encore de route !! 100m à faire en arrière.

Km 73, entrée de la forêt du Grand Sart, le chemin est le premier vrai bourbier, totalement impraticable. Je choisis de passer dans le bois en restant à une dizaine de mètres du chemin sans le perdre de vue. Par chance il n'y a pas de ronces dans le bois et Isa a un corsaire qui protège assez bien. Wiesme est en vue, j'annonce à Isa que le ravito est dans 200m au bord de la voie ferrée, et au détour du dernier virage, rien.........Angoisse, est-il déjà démonté? il n'est pourtant que 5h08 et il est prévu jusqu'à 5h30. J'aurais fait faire tous ces km à Isa pour rien? Il est peut-être un peu plus loin. Nous continuons avec en point de mire la grande éolienne qui tourne lentement au sommet de la colline. De temps en temps on entend des voix, c'est vrai qu'on est au pays des Nutons. Finalement je dis à Isa de continuer et je téléphone à P'ti Lou. Evidemment je n'avais pas bien écouté le briefing et le ravito est au pied de l'éolienne. Je laisse Isa à mi-parcours et, après un petit coup de rouge (disponible à ce ravito!!), je repars pour la deuxième moitié.

Les bourbiers sont maintenant de plus en plus fréquents, je prends des photos souvenir. Vers la gare d'Houyet je me trompe encore et je dois faire demi-tour. Je rattrappe ensuite deux concurrents dans le long « Passage Ravel ». Km101, le pont sur l'Iwoigne a effectivement disparu et on traverse comme la Bièvre au Raid28. Chevetogne, direction le demi-tour du km104. Je croise Ysolo qui en revient, il doit avoir 40mn d'avance sur moi et a l'air en pleine forme. Au ravito N°4 je dois avoir 10mn de retard sur la barrière horaire, je ne m'attarde pas et repars illico vers le N°5. Personne à l'horizon, j'aurai pourtant tant aimé finir avec Isa. Les km filent doucement, je marche sur le plat et les côtes et je cours doucement dans les descentes. D'après le GPS ma moyenne baisse de 0,1km/h tous les 10km, quand au cardio il est autour de 90. Km 122, je rattrappe un concurrent en maillot orange et, perdu dans mes pensées, j'oublie de tourner à droite et c'est lui qui m'appelle pour me remettre dans le droit chemin. Merci.

Enfin le ravitaillement N°5 où P'ti Lou veille aux derniers participants. A mon avis il en reste au moins 3 derrière moi, dont un (celui en orange) qui a bien l'intention de finir. Le plein d'eau coupé de boisson énergétique et c'est reparti. Le chemin semble s'améliorer; grave erreur d'appréciation car du km140 au km145 c'est un bourbier d'enfer. Km 147 et c'est le ravito N°6, le dernier. J'y arrive à 19h33mn, soit 3mn après la barrière horaire (théorique). P'ti Lou est toujours là qui veille sur son petit monde. J'écoute les indications que l'on me donne: « aux kayaks tu traverse la route et tu prends le petit chemin en face... ». Du coup je ne regarde pas le Road-book et je me trompe encore! Je me retrouve à nouveau dans Petit-Han et je me demande si je dois vraiment revenir en arrière, ce qui me ferait 2km de plus. Finalement je coupe à travers le village et rejoins le carrefour de Rome. Sur la route une camionnette des Coureurs Célestes s'étonne de me trouver là. J'explique mon problème.

Passé le carrefour de Rome et la ferme du Hasard, c'est l'ultime épreuve: 1500m de bourbier que l'on ne peut éviter. Un joli petit gué pas méchant à Biron et l'arrivée n'est plus loin !! ça fait du bien de quitter la carte N°21 et de retrouver la « Carte N°1 ». Descente vers Ny, je cours doucement pour tenter d'atteindre l'arche d'arrivée avant 22h, c'est jouable. Une BMW d'abrutis me frôle en klaxonant histoire de rigoler de l'effet produit. Dernière côte après l'église de Ny, elle me semble si facile maintenant. Au dernier croisement de la route de Soy je vois le stade à 300m. Il me reste 4mn pour rejoindre l'arche avant 22h. Je m'arrête néanmoins quelques instants, dans 4 mn ce sera fini, Que se passe-t-il dans la salle? Combien sont arrivés? En reste-t-il encore sur la route?. Quatre minutes pour 300m, quel exploit!!!! Et bien, je n'y arriverai même pas, finalement je passe l'arche sur le stade désert à 22h et quelques secondes.

De l'intérieur de la salle, je pense que c'est Ysolo qui me voit, et là c'est un accueil de délire: Christian arrive en trombe avec une bière à la main, on me traîne sur le podium animé par le célèbre Iron !! Fantastique, inoubliable. Un super-boulettes-frites-compote pour finir, merci à la cuisinière. Et merci à tous les Coureurs Célestes et à l'auteur du Road-book qui m'a tenu compagnie pendant une bonne moitié du parcours; et si je me suis trompé plusieurs fois ce n'est vraiment pas sa faute !!

arrivée
134
Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le dimanche 15 décembre 2019.
Copyright © 2006 Jean-Paul Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le dimanche 16 juillet 2006.