CR BRM 400k Andrésy

Samedi 4 mai - Dimanche 5 mai 2019

Gênes
Vacances en Itale, Gênes

En ce week-end de début Mai, je suis de retour de vacances, je viens de passer 10 jours mémorables en Italie.

Je mentionne ce point, car il fait un temps bien pourri en ce samedi de printemps, et donc sur ce brevet, je n'ai pris aucune photo, le résultat aurait été très moyen, et par ailleurs je me serais gelé les doigts à les sortir de me gants.

Donc, j'agrémente ce compte-rendu avec mes photos de vacance.

Ça n'a rien à voir, mais ça aère la présentation.

Très bonne destination l'Italie, je vous la recommande sans hésiter.

Herculanum
Vacances en Itale, Herculanum

Mais venons-en aux faits. Je vais au départ en vélo. Andrésy, c'est pas loin. Au moment où je pars de la maison, il fait encore à peu près beau. Frisquet, mais ça va. Je me plante un peu sur le trajet (mais comment fais-je, c'est pourtant pas difficile...) et doit un peu forcer l'allure pour être certain de partir dans "le groupe de tête". Non pas que j'aie envie de prendre les roues, mais c'est quand même pénible de partir seul à l'arrière. Ça se fait, mais bon. Comme le départ est en plein début d'après-midi, aucune raison de traîner.

Donc j'arrive, l'organisateur me reconnaît (faut dire, je les aime bien ces brevets Andrésy, ils sont chouettes) on papotte 2 minutes et hop, direction le départ. J'ai aussi rencontré mes compagnons de route de l'année dernière, mais je leur explique que là, j'ai moins d'entraînement, et j'irai moins vite. Je nourris aussi l'espoir secret que nous puissions échapper à la grosse drache qui menace.

Mon espoir est vite déçu.

Naples
Vacances en Itale, Naples

On prend l'averse en pleine poire, pile-poil au moment du départ. Certains patientent sous la tente au niveau du contrôle. Je décide de filer direct. J'ai déjà enfilé mes vêtements de pluie, pas de raison de traînasser. De toutes façons, on va finir mouillés, alors foutu pour foutu.

L'averse est une vraie vilaine averse, avec quelques grêlons. Mais petit à petit à petit ça se transforme en pluie seulement. Mais au détour d'un virage, nom de Zeus, je m'aperçois que les gouttes sont blanches et volent. Là, je n'ai que 30 bornes dans les pates donc ce n'est pas une hallucination. Il... neige. Bon, ça dure juste 3 minutes, mais tout de même. Tout ça pour dire qu'il fait 4 degrés, humide, et que je suis bien content d'avoir un "bon équipement".

Le parcours, je le connais bien, et je m'en rappelle, au moins dans les grandes lignes. Il est plutôt facile.

Florence
Vacances en Itale, Florence

Peut avant la tombée de la nuit, je reconnais le bled où j'avais mangé un petit morceau l'année précédente. Mais là je vais moins vite, alors tout est fermé. La météo pourrie n'aide pas. La nuit sera finalement assez facile à négocier, il ne fait "pas si mauvais que ça" et étant bien équipé, avec un bon éclairage, ça passe tout seul.

Au contrôle à Alençon, un bistrot nous propose un repas, l'adresse étant suggérée par l'organisateur. La patronne a mis les petits plats dans les grands, on a droit à assiette de charcuterie, ou assiette de fromage. Je prends les deux. J'ai faim. Bon, on attend un peu pour être servi, et j'avoue je ruse un peu pour accélérer le tempo. Il fait une chaleur à crever là-dedans, on est une armée de cyclo, et repartir dehors, ça va pas être une partie de plaisir. Les charcuteries sont très bonnes et très (trop, d'après certains, mais moi, je le rappelle, j'ai faim) copieuses. En revanche le pain a un arrière goût de trop peu. On va dire que c'était "régime paléo" sur ce coup-là.

Bien rassasié, les bidons ras-la-gueule, je repars pour la grande montée avant le contrôle surprise (non, j'ai pas vendu la mèche) et le demi-tour vers l'Est.

Sur le dernier point de contrôle de nuit, avant le lever du jour, je rejoins un groupe qui a un accompagnement en voiture. Ils me sauvent la vie (enfin, peut-être pas à ce point, mais ils m'aident bien) en me remplissant un bidon. Je suis passé un poil plus tard que l'année d'avant, et plein de bistrots qui étaient juste en train de fermer sont... fermés.

Après cet intermède, je roule à nouveau seul. Les groupes la nuit je trouve c'est paradoxalement dangereux. Il y a toujours un gars mal réveillé (par exemple, moi) qui fait un écart dans le peloton, et le risque de chute me paraît élevé.

Courmayeur
Vacances en Itale, Courmayeur

Enfin le soleil se lève, et je termine donc le brevet, ce finish est toujours aussi mesquin et difficile. Il y a "3 côtes et demi" sur le dernier tronçon. Oh, ce ne sont pas des cols de 1ère catégorie. Mais juste de la bonne, vraie côte de banlieue, version taquine.

Arrivé au dernier contrôle, je me repose copieusement avant de reprendre la route pour la maison. J'ai une nuit blanche dans le nez, et pas envie de me planter stupidement sur le trajet du retour.

D'autant que j'ai un 6 jours à pied en Hongrie qui commence... jeudi prochain. Avec 450 bornes de vélo dans les pattes le week-end juste avant, je ne m'attends pas à battre un record. Mais j'espère quand même bien faire quelques tours de piste.

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le dimanche 20 octobre 2019.
Copyright © 2019 Christian Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le lundi 23 septembre 2019.