Comment se vanter en sport ?

Comme tout le monde, vous souhaitez vous vanter d'une pratique sportive que vous n'avez pas. Vous aussi vous voulez pouvoir être fier de vos réussites en compétition. Heureusement c'est simple !

Ma photo à l'arrivée
Tip-Top : votre photo à l'arrivée. C'est facile à faire, pas besoin de savoir courir.

Tout d'abord, rendez-vous dans un lieu où l'on peut se vanter. Un bistrot, la machine à café à votre boulot font bien l'affaire. Trouvez un ou plusieurs interlocuteurs. De préférence quelqu'un qui sera intéressé par vos prouesses. Vos avez un collègue marathonien ? Un cycliste vient d'entrer dans le bar ? C'est le public rêvé !

Ensuite c'est simple. Ayez vaguement l'idée d'un nom de course. Essayez d'être impressionnant. Exemples entendus :

  • Les 24h de Millau
  • Le petit marathon du Morbihan (celui de 80 km, je n'ai quand même pas le niveau pour le grand marathon !)

Il faut bien sûr estimer la distance parcourue.

  • J'ai fait le triathlon de Narbonne, c'était 220 km de vélo, 3 km de natation et 10 km de course à pied.
  • J'ai couru une course de 24h. J'ai fait 200 km. Ou 170, je ne me souviens plus exactement.

Pour la durée passée en course, c'est simple, elle s'estime simplement avec la règle suivante : " je vaux certainement le temps de l'élite plus dix pourcents. " Par exemple, l'élite fait 2h au marathon (on a le droit d'arrondir) , donc ça doit faire 30 minutes aux 10 km de votre ville. Vous pouvez donc facilement annoncer un temps de 33 ou 35 minutes (si vous n'étiez pas en forme, mais dans ce cas, précisez-le.)

Si vous avez peur de ne pas être crédible (vous étiez essoufflé en courant vers le bar récupérer une bière gratuite, votre ventre vous empêche de voir vos pieds...) dites simplement : "J'ai un pote qui a fait une course...". Si votre âge vous le permet, vous pouvez aussi simplement annoncer que c'était il y a vingt ans (en plus, pour les anciennes courses, on ne peut pas vérifier les noms des arrivants sur Internet.)

Il faut bien sûr être capable de décrire un peu sa progression en course. Pour cela, il faut se souvenir de quelques règles de base.

  • Étudier le matériel nécessaire : pour un triathlon, vous avez besoin d'un vélo à 5000 euros minimum. Ne lésinez pas dans sa description (on dit roues lenticulaires, pas roues pleines). En course à pied, il faut changer de chaussures tous les 20 km, c'est pour conserver l'amorti.
  • Connaître le règlement. Au marathon, comme pour les courses plus longues, on n'a pas le droit de marcher. Dans une course de 24 h de natation en piscine en individuel, je n'avais pas le droit de sortir du bassin (espérez que personne ne vous demandera où vous faisiez vos besoins naturels et pas forcément liquides.)
  • Évaluer son état à l'arrivée. " Après 10h de course à pied, j'étais essoufflé, mais sinon ça allait bien."

Pour arriver à ce niveau, vous avez bien sûr eu besoin d'entraînement. Si vous vous sentez doué, ne surestimez pas votre entraînement. Vous avez une vie tellement débordante, vous pouvez juste caser un entraînement de 10 km par semaine. Ça vous a suffit pour faire 200 km en 24h (ou 170, vous n'arrivez toujours pas à vous en souvenir.) Si vous pensez avoir eu besoin de plus de boulot pour arriver à réaliser ce marathon en 2h25, annoncez plutôt 10 km par jour (en moyenne, des fois vous faites plus.) Surtout, restez modeste. Ça ne vous demande que 4h par semaine, vous ne passez pas votre vie sur la piste !

Enfin, conseil d'importance : ne vous inscrivez surtout pas à une course ! Vous risqueriez de retrouver votre nom ici. Terminer son marathon à 30 km/h c'est bien, mais vous ne vouliez pas vous en enorgueillir devant tout le monde !

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le lundi 16 septembre 2019.
Copyright © 2010 Valérie Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le dimanche 31 octobre 2010.