4ème partie

Pourquoi accompagnateur ?

Et finalement, pourquoi serait-on accompagnateur en course ?

  • Bien entendu pour soutenir son coureur et même lui faire gagner du temps. C’est un motivation purement altruiste : grâce à votre travail, le coureur a fait une meilleure course.
  • C’est aussi une motivation égoïste : grâce à votre travail, le coureur a fait une meilleure course. Bref, vous pouvez être fier du boulot effectué.
  • La curiosité est aussi un bon moteur. Tout le monde n’a pas la motivation ou les moyens de s’entraîner pour des courses aussi dimensionnées que 100 km ou 24h de course à pied, un triple ironman en triathlon… Accompagner un coureur, c’est voir la course de l’intérieur, ou presque, sans la préparation du sportif. Il y a même des courses pour lesquelles il faut être qualifié, avoir un certain niveau. Si vous ne l’avez pas, vous pouvez quand même accompagner une autre personne, les qualifications sont moindres.
  • Je vous ai dit que l’accompagnement, c’était l’occasion de faire des rencontres. Une course, c’est comme un club de vacances. Mais ce lien existe encore plus avec son coureur. Vous avez partagé des moments difficiles et de belles surprises, une aventure. Voilà des souvenirs communs qui se gravent. Vous ne connaissiez pas votre coureur comme cela avant la course ! A vrai dire, une belle course avec accompagnateur, c’est en général un binôme soudé, et même nettement plus soudé en fin de parcours qu’au début. Ce que je vous ai dit plus haut sert avant tout à une chose : créer un lien solide. C’est ce lien qui va contribuer à la performance.

Alors finalement, l’accompagnement, c’est bon, mangez-en. Et pour qu’il soit parfaitement réussi il n’y a que trois mots à retenir :

anticipation, communication, satisfaction.

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le mercredi 17 août 2022.
Copyright © 2011 Valérie Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le mercredi 21 septembre 2011.