La marche pour les nuls, 2nd acte

Samedi 6 avril 2013

Tout a commencé par un mail transmis par mon épouse Valérie et qui m'informe qu'au parc du Tremblay, le samedi 6 avril 2013, aura lieu une "initiation à la marche athlétique". Et tous ceux qui veulent y aller le peuvent, il suffit d'être intéressé pour être le bienvenu. Enfin, c'est en ces termes que j'ai compris l'invitation. Évidemment, j'ai accepté. Quelques semaines auparavant, j'ai fait du volume , voilà une occasion en or de faire de la technique (noter que je ne parle pas de quantité ou de qualité, c'est une marque de fabrique, et une coquetterie de ma part).

En voiture Simone

Lâche, j'y vais en voiture. J'aurais pu tenter le vélo ou la course (!) mais je préfère arriver parfaitement frais-dispo pour profiter pleinement de la leçon. Il fait frais, un petit vent nous rafraîchit avec insistance, mais rien de dramatique.

La bonne surprise

Et donc nous entamons par une petite série d'exercices. Franchement, il m'est arrivé d'apprendre certains domaines "tout seul". La programmation informatique, par exemple. Le surf des neiges. Mais bon, parfois, un bon prof, je le reconnais, si on en tiens un au bout du fusil, ça peut toujours servir. Or, les marcheurs qui sont là pour nous encadrer sont tout simplement excellents. Patients, obervateurs, c'est un régal de participer. Vous y croyez ou pas, mais en deux heures, j'ai pu *déjà* m'améliorer.

Surtout, la petite révélation, c'est que ce qui est très bon en course peut s'avérer très mauvais en marche. Par exemple, en course, il est - en général - sur un ultra, plutôt bon de raccourcir un peu la foulée, d'avoir le pied léger plutôt porté sur l'avant, et le talon n'est pas forcément ce avec quoi on va marteler le sol. En marche, la logique est différente, on ne bourrine pas non plus avec son talon mais en revanche on va franchement le poser pour dérouler le pied et terminer par une poussée sur les orteils. En course, à 10 km/h, on ne s'embarasse pas de ces détails -> on cherche à dégager son pied du sol le plus vite possible. Bon, ce n'est pas avec de la prose que je vais vous faire comprendre tout ça, mais juste pour résumer : j'ai appris quelque chose d'important, c'est que la marche est une science en soi, il y a des experts dans le domaine et, à titre personnel, j'ai encore beaucoup à apprendre.

Pour la petite anecdote, un de nos coach était un des frères Langlois, une petite recherche rapide sur Internet donne des résultats assez impressionnant. Du grand marcheur.

Et maintenant?

Je repars avec, je l'espère, de bonnes bases, pleins d'idées et de perspectives nouvelles, une furieuse envie "un jour" de faire un Paris-Colmar, et de bons petits exercices que je vais pouvoir potasser à loisir. Que demander de mieux?

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le mardi 23 juillet 2019.
Copyright © 2013 Christian Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le mardi 13 août 2013.