CR défi Monte Cristo

22 juin 2014

...lendemain de la fête de la musique. Pendant que mes amis cuvent, je vais faire trempette dans l'eau, pour les 5 km nage libre du défi Monte Cristo. Celui-ci consiste à nager depuis le château d'If jusqu'à Marseille, plage du Prado. Parcours historique, cela fait un peu, toutes proportions gardées, penser au Spartathlon.

Ce matin donc il fait fichtrement beau, soleil pétant, et l'eau est annoncée à 21 degrés. Je prends tout de même la combinaison, ayant vaguement la trouille de trouver l'eau froid au bout d'une heure. Ou, plus simplement, au moment de rentrer dedans. Pour une raison assez étrange, je suis une véritable chochotte lorsqu'il s'agit de rentrer dans l'eau, il me faut 3 minutes pour rentrer dans une piscine à 27 degrés.

See, sex and sun
Il y a le ciel, le soleil, et la mer.

Trajet en bateau jusqu'au château. Déjà, je sens que ça va être chouette, je profite de l'air marin. Ouais, c'est de la balle ce truc. On descend du bateau et je discute à l'ombre avec un autre participant. On parle un peu de nos expériences. Lui est surtout nageur, moi pas vraiment. Mais bon, j'ai une bonne culture de la longue distance, même si mes expériences sont surtout en piscine. Les 5km ne m'impressionnent pas beaucoup, simplement j'aimerais bien les rentrer en 1h40, et ça, je ne sais pas si ça va marcher.

Je me jette à l'eau. Plouf. Passé le premier choc, je commence à comprendre le problème. Elle est chaude. 21, c'est chaud, avec une combi et le soleil. Un premier faux départ puis nous partons pour de bon.

Ça tabasse quand même pas mal au départ, j'en bave un peu pour nager tranquille, nous sommes 700, il faut bien 10 minutes pour que cela se tasse. Après le passage de la première grosse bouée, ça va mieux. J'essaye de trouver un rythme.

Je me sens bien, mais j'ai trop chaud. Ouvertement, je préfèrerais être à poil, quitte à avoir un peu froid. Bon, tant pis, je ne vais pas quitter la combi en route. Sur le début du parcours il y avait un peu de fond mais assez rapidement nous nous retrouvons dans des zones où l'on voit le fond de la mer. Il y a du bien et du moins bien là-dedans. Cela distrait un peu et on voit mieux les poissons, mais bon, on perd le goût du grand large. Enfin, c'est ainsi.

Cette combi m'embête, m'encombre. Elle gratte un peu au cou mais sur 5 bornes je n'arriverai pas à me faire bien mal. Je regarde ma montre et soupçonne que, hum, je vais rater l'objectif d'1h40. J'essaye de relancer un peu mais sans grand succès. Je reste mou. Bien, confort, super l'ambiance, mais mou.

À quelques centaines de mètres de l'arrivée, je me demande où est le parc à vélo. Je suis vraiment conditionné par le triathlon, j'ai du mal à faire une compétition de natation. Même ma nage porte cette trace, je bouge assez peu les jambes pour les économiser. En général c'est un bon calcul, mais aujourd'hui, c'est très con, j'aurais pu les faire tourner.

Peu importe, je franchis l'arche en un temps décevant de 1h52, mais on s'en fout, j'ai passé une superbe matinée. Il faut absolument que Valérie fasse ce truc, elle qui aime bien nager.

Bilan

  • j'ai bien profité, pas nagé très fort, mais le but n'était pas d'exploser le chrono, donc c'est parfait
  • on a eu de la chance sur la météo, mais même avec mauvais temps, le cadre reste grandiose
  • si c'était à refaire, je m'inscrirais aux deux courses, le 5000 palmes le samedi, et le 5000 "normal" le dimanche ;)

Plus sérieusement, je recommande à toute personne sachant à peu près nager d'aller faire un tour là-bas, l'ambiance est excellente, le parcours joli, rien à redire, c'est parfait. Et on a eu un vrai t-shirt en coton moche comme dans les compétitions de course à pied des années 80. Le pied vous dis-je.

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le mardi 17 octobre 2017.
Copyright © 2014 Christian Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le mercredi 02 juillet 2014.