Étape 4 : Aberfoyle - Balmaha

Distance : 28k

Départ d'Aberfoyle
Le calme plat dans la rivière locale.

Dernière étape donc, avec aouch' des courbatures le matin mais c'est pas grave, on n'est pas des mauviettes, on va la finir, cette randonnée !

La météo semblait hyper bonne au début et puis brrrr avis de grand froid, et surtout un petit vent, manifestement une spécialité dans la région à en juger le nombre d'arbres arrachés par ce bon papa Éol.

Nous rencontrons au bout de 500 mètres les randonneurs que nous avions croisés au petit déjeûner à l'hôtel.

C'est le printemps
Les bourgeons, tout ça tout ça.

Pas une super réussite cet hôtel, je veux dire, il était très bien, propre et tout et tout, nous avons été bien accueilli mais en vérité, la clientèle faisait plutôt effet d'une maison de retraite et bon, le contraste était fort avec l'auberge à la rude de la veille et son ambiance woodstock, guitare, kilts & bières du pays.

Ceci étant, c'est vrai que si on veut être au calme et avoir la paix, Aberfoyle, ça se défend, comme lieu de villégiature.

Puzzle
Faudrait virer les branchailles devant, et on aurait un beau paysage.

Au départ j'avais prévu un itinéraire un peu compliqué (celui de la trace GPS) mais finalement nous avons suivi le "Rob Roy's way". J'avais peur que ce soit un trop gros chemin, une trop grosse route mais comment dire, une fois sur place, on s'aperçoit que "gros chemin", c'est quand même pas très fréquenté.

À part nos randonneurs du début, nous avons vu deux types en VTT, une dame pendant le pique-nique, et puis je crois bien que c'est tout.

En tout cas pas avant de rejoindre le West Highland Way.

Et je peux vous dire que j'étais bien content de le (re)croiser celui-là, et j'étais pas le seul.

Bientôt la fin
La dernière montée est parsemée de judicieux conseils.

Pour finir la ballade en beauté : montée sur Conic Hill et descente ensuite sur Balmaha. Bon, en vrai, on aurait pu contourner l'obstacle par le Sud mais que voulez-vous, à vaincre sans péril on triomphe sans gloire.

Un peu dure la montée, tout de même. Après les 30 bornes de la veille, et plus de 20 au compteur sur la journée courante, nos filles ont bien assuré le coup, elles sont montées nickel, sans accrocs.

Nous avons failli avoir de la pluie, quelques gouttes sont tombées, mais au final rien de très méchant.

Vers Conic Hill
L'ultime montée, un brin athlétique (mais plus facile dans ce sens).

Et même, sur la fin, au moment où j'ai dit "le dernier arrivé en haut est une poule mouillée", une d'entre elle m'a pris au mot et... je ne l'ai jamais rattrapée. La relève est en cours, vous dis-je.

Autant au début de la ballade il n'y avait personne, autant dès qu'on a raccroché la route de Conic Hill, ça été bien plus fréquenté, et alors au sommet, je vous dis pas, y'avait carrément foule, heureusement que le dôme est bien plat, vaste et spacieux.

Loch Lomond, le retour
Coup d'oeil depuis le chemin de Conic Hill.

Descente plutôt raide, je ne recommande pas la montée dans ce sens là (en venant de l'Ouest) c'est carrément un bon vieil escalier de 250 mètres de D+, sans chichis.

Mais bon, c'était dimanche, et je comprends les habitants du coin (Glasgow est à moins d'une heure de route) de vouloir profiter d'un coin pareil, ça fait envie.

Un pour tous, tous pour un
C'est bon, mission accomplie, nous sommes revenus au point de départ. Pleins de souvenirs. Et aussi avec quelques bobos aux pieds.

À l'arrivée, nous avions un anniversaire à fêter, l'objectif était remplit, la voiture nous attendait avec plein de vêtements tous beaux tous propres. 4 jours de bonheur, un bonheur un poil fatiguant et engagé, mais les paysages ne se goûtent pas de la même manière quand on randonne sac au dos et quand on tente la même chose en voiture.

L'immersion, l'immersion, c'est ça le truc.

Parcours sur OpenRunner :

Et pour les gourmands, il est possible de refaire un tour !

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le vendredi 15 novembre 2019.
Copyright © 2016 Christian Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le vendredi 06 mai 2016.