CR Raid 28

Samedi 21 - dimanche 22 janvier 2023

Alors, le Raid 28... C'est pas ma première fois. J'y suis déjà allé en... 2005 , 2006 , 2007 , 2008 et 2015 (version ultra) ... Donc, je connais la musique. Pour résumer, une équipe de 5, mixte (les filles, on a besoin de vous !), dans les bois, la nuit, la boue et le froid, le 3ème week-end de janvier. En semi-orientation, avec des petites pépites d'aventure à l'intérieur. Tout le monde doit arriver ensemble, c'est une course en ÉQUIPE ! (certains semblent parfois l'oublier).

Pharmacie
Contenu de la pharmacie. Je crois qu'on ne la pas ouverte après le départ. Ça sert à rien ces machins.

Or donc, j'ai réuni une équipe. À part moi, que des novices (du Raid 28). Je vous les présente. Abdel, du club de triathlon de Bezons, l'USOB. On avait finit l'Ecotrail ensemble. Il a quelques ultras dans les pattes, d'innombrables triathlons, une valeur sûre. Fatma, du club de triathlon de Bezons, l'USOB, aussi. Elle, c'est notre entraîneuse en course à pied. Donc la course, elle sait ce que c'est. Le trail et l'ultra-distance, en revanche, jamais essayé. Anne-Catherine, que j'ai rencontrée au Mandala Mont-Blanc et qui m'avait embarqué dans un 24h de rameur en salle, qui finalement n'a pas eu lieu. L'ultra, elle connaît, pas de soucis. Et Cyril, un ami à elle, pareil, des ultras, de la montagne, on prend pas de risque.

Toutefois donc, parmi ces 4 charmants équipiers et équipières, aucun n'a de références sérieuses en matière d'orientation. Donc, on compose l'équipe comme suit:

  • Anne-Catherine sera le chef, le pitaine, le boss quoi
  • moi, je gère l'orientation
  • Cyril me secondera à l'orientation, on n'est jamais de trop
  • Abdel sera poinçonneur, si la balise est plantée au milieu d'une mare, c'est pour lui !
  • Fatma veillera à ce que tout ce beau monde s'entende bien, et volera au secours des défaillant(e)s

Et surtout, je suis le seul à connaître un peu les coulisses du Raid 28, l'ambiance, les coups fourrés, les grandes stratégies et petites tactiques qui font qu'à la fin... on a gagné ! (j'entends par là, "on a fini")

Barres chocolat
Barres chocolat maison. La recette est simple, des céréales petit déjeuner façon "muesli croquant" et des grains de café, le tout collé ensemble par du chocolat. Le secret c'est d'y aller fort, très fort, sur les grains de café. Ça réveille un mort.

Départ donc dans un gymnase au fin fond de la brousse, pardon, de la banlieue sud. Peu importe le bled, on retiendra donc qu'il est sur la ligne C, qu'il fait froid, qu'il fait nuit, qu'il y a des copains partout plein le gymnase, et qu'à un moment, c'est parti.

On se met, autour des cartes, je commence fébrilement à reporter les premières balises. On s'est mis d'accord sur une tactique simple: au début on prend que les balises faciles, les vertes. Et on voit comment on le sent. Si à un moment on estime qu'on peu choper des bleues (les difficiles, optionnelles) alors on le fera. Mais au début, on y va tranquille, on prend la température.

Donc bref, je reporte une dizaine de balises, on part. Sorti du gymnase, je suis absolument totalement perdu, j'ai la carte en main, ma boussole, j'ai oublié de me poser la question de l'orientation du gymnase, donc je suis complètement aux fraises. Pas grave, je vais droit devant moi, on suit l'équipe précédente, et au bout de 300 mètres, c'est bon, je sais où on va.

Ensuite, bah ensuite ça s'est pas si mal passé. J'ai un peu du mal à me rappeler tous les détails car j'écris ce CR longtemps après les événements, mais dans l'ensemble, l'équipe à bien tourné. J'ai fait mon job d'orienteur. Pas hyper précis, pas le gars qui dégotte les bleues à 1m50 près, mais quand même c'était propre. Je crois qu'il y a seulement une ou deux vertes qu'on n'a pas eues, dont une, vraiment, j'ai pas compris, en ville, on a vraiment cherché, c'était censé être facile, mais j'ai rien vu.

Sur l'orientation, je suis capable du meilleur comme du pire. Le pire c'est quand en 2007 j'ai perdu les cartes au bout de 10 minutes . Mémorable. J'ai bien sûr raconté cette anecdote croustillante à mes coéquipier(e)s. "Et alors là devinez quoi, j'ai fait tomber les cartes bêtement dans un buisson, et on les a retrouvées par hasard". Ha ha, ha ha. C'est important de se rappeler de ça, vous verez, ça servira plus tard.

Là donc, c'est pas super dur de s'orienter, en revanche il fait froid. Il fait froid et j'ai les doigts fragiles, syndrôme de Raynaud, même par +10 degrés j'arrive à finir les doigts tous blancs. Et là, il gèle. Et je ne sais pas reporter en marchant, trop compliqué, pas assez de pratique. J'arrive à en reporter quelques-unes, mais donc de temps en temps on doit s'arrêter 5, 10, 15 minutes, que je reporte les 10 ou 20 prochaines balises. Et là, à chaque fois, la même, je sens les doigts qui s'engourdissent, ça fait mal, ils perdent en mobilité, la galère. Et mon équipe, aussi, qui se frigorifie sur place. Mais bon, on gère.

De mémoire, cette année, pas trop d'épreuves aquatiques, pour ma part je n'ai pas hésité, certaines fois, à tremper complètement mes chaussures, mais jamais on a eu besoin de s'immerger jusqu'à mi-cuisses.

L'équipe tourne bien, ils sont adorables. À un moment on se permet même de se scinder. Ça marche plus ou moins bien, on a failli se perdre les uns les autres, dans une zone où les téléphones captaient mal, alors que moi et Abdel, on était partis chasser la balise bleue dans les bois. Mais bon, ça s'arrange toujours bien.

En revanche le froid fait des ravages. Mes mains, c'est limite, mais je pense que je n'aurai plus à reporter de balises de nuit, donc ça devrait aller. En revanche Fatma a vraiment des soucis, aux mains aussi. Je sors ma paire de gants de rechange et lui prête. Des gants de ski, y'a que ça de vrai. Elle les enfile, et ça va mieux.

Mais le moment le meilleur, là où vraiment, on peut mesurer notre bon niveau de cohésion, c'est quand Cyril, à qui j'avais confié une partie des cartes, nous informe que... il les a perdues. Ha ha, elle est bien bonne celle-là ! Il est dans ses petits souliers, tout gêné. Mais pas grave, j'avais demandé au reste de l'équipe de photographier le road-book avant le départ. Donc on a une copie numérique ! Sauf que, ils ont photographié juste les cartes, et pas les instructions. Ou l'inverse. Mais peu importe, c'est inutilisable. Donc, il nous faut les cartes.

On part donc en mission, Cyril et moi, on dit aux autres d'avancer un peu, lentement, mais de *NE PLUS BOUGER* au prochain carrefour, et on arrive. On récupère les cartes, qu'une autre équipe avait aperçues. Elles étaient effectivement tombées de la poche de Cyril lorsqu'il s'était arrêté pissé. La boulette. Mais c'est pas si grave, lui et moi on a fait un peu d'exercice et de kilomètres en plus, la terre ne s'arrêtera pas de tourner, on continue la mission !

Et donc le jour s'est levé, et ça sent plutôt bon pour nous. Si on fait le bilan, on s'aperçoit qu'on ne va pas gagner au classement, car clairement on est plutôt près du temps limite, mais sans s'en rapprocher trop dangereusement. En gros si on continue comme ça, nous sommes certains d'être classés. La question est, est-on capable de continuer comme ça ? Pour la plupart d'entre nous, oui. En revanche Fatma couine un peu, le froid, la distance, la marche (différent de la course...) ont fait leur petit effet, et pour faire court, elle n'avance plus très vite. Mais, elle avance. Donc, on continue.

Arrivée, la classe
Arrivée de la classe famille chocolat qui s'tache

Sur la fin de l'épreuve, je commence moi-même à m'emmêler un peu les pinceaux avec l'orientation. Je laisse Anne-Catherine aux commandes, qui nous mystifie tous à une espèce d'épreuve où il fallait compter le nombre d'embranchements, un truc façon Kamoulox, complètement abscon. J'ai pas compris comment elle a fait pour nous trouver ces balises, mais elle a fait un carton. Chapeau madame.

Et donc on fini, on est au gymnase, la soupe chaude, voilà, on est bien.

Bilan super positif. Je n'y retournerai pas en 2024 (mais plus tard, je ne dis pas non...) en revanche Anne-Catherine, elle, a pris le virus, elle revient l'année prochaine.

Ah, et j'ai oublié de vous donner le nom de l'équipe. "La classe famille chocolat qui s'tache". Miam.

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le mercredi 12 juin 2024.
Copyright © 2024 Christian Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le dimanche 25 février 2024.